Pour cette troisième interview sur les métiers du web et l’entrepreneuriat digital, j’ai eu l’honneur d’échanger avec Sébastien Ryckeboer, administrateur du groupe Facebook Oursiders et, surtout, entrepreneur web passionné.

image symobilsant atom business

 Quel est le métier exact de Sébastien ?   

Difficile de poser un nom exact sur le métier qu’effectue Sébastien. Véritable couteau suisse, il est une encyclopédie du web à lui seul.

Développeur full-stack, expert SEO, chef de projet et même copywriter, il se définit comme une personne qui mutualise les talents du web pour en tirer parti et convertir la passion des uns et des autres en business rentable.

Avec un bagage capitalisé sur deux décennies de formation et d’expérimentations, c’est un gourou de l’entrepreneuriat digital en France.

Aujourd’hui à la tête de l’agence web Atom Business, Sébastien propose un service de consulting et de création de sites web optimisés SEO unique.

L’interview de Sébastien

Sébastien Ryckeboer

Sébastien Ryckeboer

Consultant SEO & Développeur

 

 

Qui êtes-vous ?

Je suis Sébastien RYCKEBOER, je suis entrepreneur sur Internet.

 

Pouvez-vous nous parler de votre métier ?

Je peux vous en parler, mais il va m’être difficile de mettre une étiquette dessus.

Je suis développeur full-stack ’, formateur, expert SEO, marketeur, stratège, chef de projet, et j’en passe. C’est un profil-cadre, atypique, En résumé, c’est le reflet de 28 ans de formation et d’expériences sur des dizaines de sujets.

Je suis avant tout un éternel passionné.

Quel est votre parcours pour arriver où vous en êtes aujourd’hui ?

Je pense que mon parcours a débuté autour de mes 10 ans quand j’ai appris en autodidacte à programmer sur ordinateur (Amstrad CPC à l’époque). C’est le moment où j’ai commencé à mettre en place les actions pour devenir ce que je suis aujourd’hui.

J’ai un profil « créatif ». Je dessinais beaucoup et j’étais promis à un avenir artistique.
Mais comme je suis quelqu’un de contrariant et que je ne voulais pas exploiter bêtement un don naturel, j’ai décidé de m’engager vers une voie dans le développement informatique et d’utiliser l’art comme un avantage concurrentiel.

J’ai donc continué de développer toutes ces années, j’ai suivi un cursus universitaire dans le développement, et j’ai travaillé 15 ans comme développeur, puis référent technique et enfin chef de projet, dont 10 ans au service du gouvernement dans la réalisation de ses projets informatiques nationaux.

Cette place d’assimilé fonctionnaire était confortable, mais bridait mes ambitions et ma créativité. J’ai alors tenté de faire une percée hiérarchique, mais je me suis heurté à un plafond de verre. À cette époque j’avais réalisé un livre avec un ami (intitulé Manager de Couleur(s)), je cherchais un métier qui pouvait m’offrir la possibilité d’exploiter mes pleines compétences, mais ça paraissait alors illusoire. Comme de nombreux entrepreneurs, mon profil ne rentrait dans aucune fiche métier. Ma curiosité et mon goût pour la transformation poussait irrémédiablement les murs des boîtes préparées par le RNCP. Aucun métier n’était alors réellement adapté à mes besoins et mes envies. J’ai donc pris la tangente et j’ai monté une startup dans les nouvelles technologies au service des ressources humaines (accompagnant mon ami, co-auteur et associé : Alain NGASSAM).

Durant cette dernière décennie, j’ai acquis une quantité astronomique de savoirs et de compétences. Après 2 ans à développer ma nouvelle entreprise, j’ai décidé d’offrir mes services aux professionnels en développant une activité annexe, de consultant www.atom-business.fr

Puisque personne n’avait préparé de métier qui me corresponde, je n’avais d’autres options que de d’en inventer un.

Pensez-vous que l’on puisse réussir seul ?

Non, le self-made-man est un mythe. Je me suis construit seul, mais ce que je suis devenu est la conjugaison de ces compétences associées aux rencontres, aux enseignements de la vie, et aux opportunités offertes par mes collaborateurs et mon réseau.

Je pense qu’on peut devenir une très belle version de soi-même en travaillant seul. Mais la réussite transcende la personne, c’est un tout et personne ne réussit jamais seul. Les stars des entrepreneurs (Zuckerberg, Jobs, Gates…) ont toutes eu la chance d’être accompagnées soit par des génies, soit par une famille aisée, soit par des réseaux business forts (Harvard, etc.).

Quel évènement dans votre vie a fait basculer votre avenir ?

Notre existence est menée par une succession permanente de choix. C’est dans ce sens que j’ai voué une grande partie de mes compétences dans les sciences humaines à chercher à comprendre l’origine de ces choix. Mais la VIE, elle, est souvent menée par quelques choix cruciaux, 6, 7 le plus souvent.

Choisir où vous allez faire vos études, choisir le partenaire avec qui vous allez partager votre vie, etc. Pour moi, en plus de ces choix, j’ai également dû trouver le courage de quitter une place confortable pour une entreprise risquée, mais exaltante. J’ai dû refaire l’opération en me lancer, seul cette fois, dans le consulting. Un métier que je pensais pouvoir maîtriser, mais pour lequel je n’avais jamais été mis à l’épreuve.

Savoir prendre ces risques et garder en ligne de mire que je devrais rester éternellement un étudiant (l’autoformation étant pour moi une vocation) a été, je pense, les virages qui sont la clé de ma réussite actuelle.

Quelles sont les rencontres qui ont changé votre vie ?

De nombreuses rencontres ont changé ma vie. J’apprends en permanence, donc, quelle que soit l’interaction sociale, je pense apprendre une petite chose à chaque fois. Je me remets également beaucoup en question, et je cogite perpétuellement, c’est très consommateur psychologiquement parlant lol.

Si je devais préciser en vrac des interactions qui ont eu un impact sur mon « chemin », en voici quelques-unes :

  • Ma femme qui a l’intelligence de me laisser suivre une voie incertaine parce qu’elle a compris que je n’aurais jamais été heureux avec un confort facile.
  • Mes amis, et notamment Vincent, un ami très proche qui a la même soif de création que moi et avec qui nous avons projeté à peu près tout ce qu’il est possible d’imaginer.
  • Mon associé qui est coach et chercheur en sciences de l’organisation. Il a été pour moi une sorte de mentor. Il m’a beaucoup apporté, notamment sur mon socle de compétences humaines. Il est facile de connaître la théorie, mais l’appropriation des savoir-être est bien plus longue et périlleuse.
  • L’arnaqueur qui est venu me vendre 50kg de fruits et légume un matin et qui (je ne me le suis pas expliqué) a réussi son coup. J’étais pourtant conscient des biais psychologiques et des méthodes employées. Cette humiliation a été étrangement le point de démarrage de tout mon apprentissage en hypnose conversationnel, la première marche dans ma découverte du Marketing . J’y ai « perdu » 400€, mais j’ai gagné ma passion, ma vocation et un ROI bien plus élevé. Parfois l’école de la vie a plus d’impact que l’école tout court, quand on sait la reconnaître.
  • Plus anecdotiquement, mon premier manager (Y.U.) a eu un impact également. Il mentait à la direction, me harcelait quotidiennement, m’écrasait et me menaçait. Nous étions dans une petite structure au sein d’un grand groupe pharmaceutique. Il a incarné durant toute ma vie professionnelle le chefaillon que je ne voulais pas devenir.

Est-ce qu’il y a une œuvre culturelle qui vous a marqué ?

Un million d’œuvres oui. Je ne pourrais hélas pas les détailler ici, mais dans ma vie d’entrepreneur, je pense que je n’aurais pas l’originalité de nier l’impact des films comme Social Network ou Le Loup de Wall Street qui sont des démonstrations critiquables, romancées, mais très motivantes de réussites business.

Quand vous regardez ce que vous êtes devenu pensez-vous être un modèle pour les futures générations ?

Difficile de se voir comme un modèle, mais je suis très attaché à la formation, que ce soit la mienne ou celle que je prodigue aux autres. Je donne énormément de conseils aux autres, et parfois aux jeunes. Pour l’instant, je pense à la vue des retours que j’ai quotidiennement, que je leur apporte beaucoup, maintenant de là à me définir comme un modèle, je trouve ça plutôt présomptueux.

Quelle est la chose qui vous rend le plus fier ?

Mes deux filles.

Quelle que soit la passion dévorante que j’ai pour le travail et les « projets », je ne veux pas devenir un de ces pères fantomatiques qui sacrifient leur famille pour leurs ambitions.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Il y a 10 ans j’étais un simple développeur. Aujourd’hui je peux faire tout ce que je veux. Je n’ai aucune idée de ce que je serai dans 10 ans. Je pourrais être à la tête d’une agence, comme je pourrais être rentier à Tokyo. Ma vie de salarié développeur était sur des rails, j’aurais facilement pu répondre à « comment vous voyez vous dans 40 ans ». Aujourd’hui, mon quotidien est ponctué de rencontres passionnantes et d’opportunités folles. Je n’ai plus ni la capacité ni l’envie de me projeter aussi loin. Je me réinvente en permanence dorénavant. L’année prochaine sera déjà pour moi une révolution, alors les 10 prochaines années sont un profond mystère.

La retraite, ça vous fait penser à quoi ?

La mort.

Je cherche actuellement une forme de confort dans le travail, pour ne pas avoir « besoin » de travailler pour vivre. Néanmoins, je me connais et je sais qu’aussi longtemps que ma santé sera là, je continuerai de créer des choses, inventer des concepts et élaborer des projets.

Que conclure de cette interview ?

Sébastien Ryckeboer est un exemple à suivre. Chaque conseil qu’il apporte vaut de l’or et vous avez tout intérêt à vous rendre régulièrement sur le groupe Facebook qu’il administre si vous voulez bénéficier de son expertise et de son savoir-faire qu’il partage au quotidien.

Au-delà d’être un véritable expert en marketing digital, il est une personne généreuse qui vit de sa passion et n’hésite pas à la partager avec les autres.

L’évolution professionnelle de Sébastien est aussi celle d’un grand nombre de personnes qui, après avoir travaillé de nombreuses années en tant que salariés, on fait le choix de suivre leur propre voie.

Comme il le dit dans son interview, bien qu’il ait eu la chance de disposer d’un poste stable et bien rémunéré, ce cadre de vie ne lui correspondait pas. Sébastien souhaitait devenir son propre patron. Il a réussi.

Créatif et entrepreneur dans l’âme, un poste de fonctionnaire ne correspondait pas à ses ambitions. Bridé, il a décidé de tout quitter pour monter son entreprise. Aujourd’hui, il peut se vanter d’être à la tête d’une agence composée d’une équipe qualifiée qui dispose d’un bagage intellectuel et technique énorme.

Cet expert en marketing digital ne s’est pas arrêté au consulting et à la création de sites internet optimisés. Il a aussi développé une formation en SEO / référencement naturel sur 10 mois comprenant plus de cinquante heures de vidéos. Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez la retrouver ici.

Site web : atom-business.fr

Contact : TwitterFacebook

Retrouvez aussi l’interview surprenante de Sophie Vrignaud de l’agence Mauve

Share This

Partagez-moi

Partager cet article pour vos amis